par ps
Rubrique : Culture

Karima Guenivet dans son livre de référence Violences sexuelles La nouvelle arme de guerre (Éditions Michalon, 18,29 €, dont le texte ci-dessous est adapté) précise que les femmes représentent 70 % des victimes civiles des derniers conflits, qu’elles constituent près de 80 % des réfugiés. D’après un document de l’ONU, 14 millions de femmes sont les cibles privilégiées de la violence sexuelle. Or, la guerre, la militarisation massive des sociétés et l’esprit de défense ne sont pas une fatalité. Leur sous-produit, le viol reste accepté par toutes les forces armées, puisque pratiqué à grande échelle. La stratégie de l’homme des casernes vise l’intimidation, l’humiliation, la souillure, la destruction du prétendu ennemi. Pour accroître la terreur, la femme est utilisée comme un champ de bataille : mutilation, viol, esclavage sexuel, grossesse forcée… Il s’agit là de véritables armes de guerre.

En 1993, la Bosnie, en 1994, le Rwanda, l’Algérie depuis le djihad, ont vu prospérer des camps de viols et d’enfantement. La matrice sert au repos du pénis-fusil ainsi qu’à la fécondation en empêchant tout avortement. Le viol est médiatisé de façon manichéenne pour mieux (...)

par ps
Rubrique : Culture

« Moi René Tardi, prisonnier de guerre au STALAG II B » Volume 2. Casterman. 2014. 25 €.

Vous pouvez y aller en toute confiance, ce volume est exactement égal au précédent.

Même façon de relater l’épopée de son père, même souci maladif de l’exactitude, même air faussement indifférent du père, même compassion systématique du fils, mêmes considérations profondément pacifistes sur les événements, même horreur de la guerre.

On ne change pas un Jacques Tardi.

Son astucieuse mise en scène de lui-même, encore pas né à l’époque, dans les jambes de son père en toutes situations, apporte le recul nécessaire à la perception pour le lecteur de la relativité des drames, joies, sentiments, émotions, attitudes. Jacques enfant, qui sait ce que nous (...)

par ps
Rubrique : Sites à visiter

Notre ami René nous invite à nous rendre sur le site de l’IRG-WRI (http://www.wri-irg.org/, en tête de liste de la rubrique "sites à visiter") sur lequel plusieurs de ses traductions ont été mises en ligne, et comportant de nombreux articles intéressants avec photos. Il suffit de cliquer en haut sur "en français"...

A savoir : L’IRG publie "Le fusil brisé", magazine trimestriel de l’IRG, habituellement publié en anglais, espagnol, français et allemand.

Vous pouvez vous inscrire pour recevoir Le fusil brisé dans votre boite mail ici http://lists.wri-irg.org/sympa/info.... Le n°101 (décembre 2014) propose de nombreux articles en lien avec l’actualité :

Voici en accès direct les titres de ces articles du site de l’IRG et du "Fusil brisé" ; certains seront par ailleurs mis en ligne sur l’UP dans leur intégralité :

Objection de conscience : des nouvelles de la Colombie et une pétition finlandaise (http://www.wri-irg.org/node/24335) ;

Tuer la guerre et pas les pacifistes (http://www.wri-irg.org/node/24285) ;

- La solidarité internationale : ça sert à quoi ? (http://www.wri-irg.org/fr/node/24420) ; (...)

(in {Le fusil brisé}, décembre 2014, No. 101
par ps
Rubrique : Pacifisme en action

Article publié dans Le fusil brisé, décembre 2014, No. 101 voir.

La solidarité internationale : ça sert à quoi ?

par Javier Gárate

La solidarité est un grand mot, qui essaie de faire ressortir nos meilleurs côtés. Ça veut dire que nous ne devrions pas seulement nous occuper de nous-mêmes, mais aussi des autres, et également être prêts à défendre nos positions pour eux. Pour l’IRG, la solidarité et surtout la solidarité internationale sont l’essence même de nos valeurs et de nos activités. En tant que formation internationale, nous donnons une grande importance au besoin de se soutenir les uns les autres dans nos luttes contre la guerre et l’injustice. C‘est pourquoi nous disons que nous sommes un réseau de soutien mutuel, soutien qui contribue à amplifier les voix contestataires. Mais quel impact est-ce-que cette solidarité et ce soutien mutuel peuvent avoir en périodes de crise ? Quelles sont les limites de la solidarité ? Dans ce numéro du Fusil Brisé, nous jetons un regard sur quelques-uns des conflits violents actuels, et le rôle de la solidarité internationale – ou son manque – par exemple dans le cas de l’Ukraine ou de Gaza.

Quand nous pensons la solidarité à l’IRG, nous la concevons comme un rassemblement : l’union fait la force. La solidarité peut prendre plusieurs différentes formes. Elle peut inclure le soutien aux groupes locaux concernés par le conflit ou essayant d’attirer l’attention (...)

par ps
Rubrique : Pacifisme en action

Article publié dans Le fusil brisé, décembre 2014, No. 101 voir http://www.unionpacifiste.org/spip.....

État Islamique, Irak, et Syrie : Considération de solutions non-violentes

par Christine Schweitzer

À la veille du sommet de l’OTAN au Pays de Galles en septembre, les États-Unis ont forgé une nouvelle « coalition de volontaires » afin de mener des opérations aériennes contre des militants de l’État Islamique (EI) en Irak et en Syrie. Près de 60 États ont répondu à l’appel des américains. Certains, comme les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Australie et la France, ont mené des raids de bombardement ; d’autres, comme l’Allemagne, supportent les opérations en formant les peshmergas ou en leur fournissant des armes.

Encore une fois, ces deux mesures sont justifiées par des raisons « humanitaires » et par la « guerre contre le terrorisme ». Des déclarations faites par des organismes d’aide disant que c’était de l’aide humanitaire qu’il fallait, et non des « armes humanitaires », n’ont pas été entendues. Et encore une fois, comme à Kosovo, ce sont les gens sur le terrain qui se battent et qui meurent – les États occidentaux ne risquent pas les vies de leurs propres soldats, ils envoient des bombes d’une distance sécuritaire (et ils utilisent probablement aussi des drones comme ceux déployés en Afghanistan, au Pakistan, au Yémen et en Somalie). Beaucoup de pays exportent des armes aux forces kurdes peshmerga, de ce fait ignorant les inquiétudes vocalisées par plusieurs observateurs. Jeter davantage d’armes dans une telle situation – où personne ne peut assurer qu’elles ne tomberont pas dans les mains des ennemis ou qu’elles seront utilisées contre des adversaires autres que ceux que les gouvernements occidentaux ont maintenant dans leur champ de vision – ne revient pas à tout simplement jouer avec le feu, c’est beaucoup plus grave que cela. Nous ne devrions pas oublier que les armes que l’EI utilise viennent de l’aide militaire destinée à un gouvernement irakien qu’une coalition similaire à la « coalition de volontaires » a installé après la guerre dévastatrice contre l’Irak en 2003, et qu’il s’agit du manque d’intégration et du comportement général de ce gouvernement qui a mené à la création de l’EI. L’organisation pacifique allemande Fédération pour la défense sociale (Bund für Soziale Verteidigung, or BSV) a publié un article sur ce sujet en août dans lequel elle a partagé ses réflexions sur des alternatives non-violentes possibles à la résolution de la situation avec l’EI. Ce qui suit s’agit d’un extrait de cet article :

* L’EI est supposément très bien financé. Est-ce qu’ils se promènent avec leur argent dans des sacs ? Peut-être que oui, parfois. Ou ont-ils mis de côté cet argent, ainsi que la fortune qu’ils commandent désormais à Mossoul, dans des comptes bancaires ? Si nous supposons que (...)

par ps
Rubrique : Pacifisme en action

Le vendredi 3 avril 2015 à 17h30 :

Notre ami

Bernard Baissat

présente

"Des femmes exemplaires"

- Atelier Travelling féministe, en salle 50 du Forum des images.

Informations pratiques :
Forum des Halles : 2 rue du Cinéma, 75001 Paris
Métro : Les Halles, ligne 4 (sortie Saint-Eustache, Place Carrée) et Châtelet, lignes 1, 7 et 14 (sortie Place Carrée)
RER : Châtelet-Les Halles, lignes A, B et D (sortie Rambuteau puis Forum - Place Carrée)

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

"Mon parcours de réalisateur est jalonné de rencontres avec des femmes exemplaires. J’ai pensé qu’il était nécessaire de leur consacrer des films ou des enregistrements pour garder la mémoire de leur personnalité et de leur engagement : Jeanne Humbert dans sa lutte pour la (...)

par ps
Rubrique : Culture

La sortie du Dictionnaire des fusillés (par condamnation et comme otages) approche à grands pas, arrivée en librairie le 4 mai 2015 !

Grâce aux efforts de chacun (auteurs, salariés des Éditons de l’Atelier) les délais ont pu être tenus. Avec 1952 p. (sur papier bible) c’est le travail correspondant à plus de 4 volumes du Maitron, sans oublier la complexité du sujet et la nécessité d’enrichir parallèlement le site avec les exécutés sommaires.

Pour fêter ce bel événement qu’est la sortie du Dictionnaire des fusillés un certain nombre de manifestations auront lieu partout en France à partir du mois de mai et ce, jusqu’à l’automne 2015.

- Ci-dessous un calendrier provisoire.

- Pour organiser une présentation du Dictionnaire des fusillés :

Contact librairie : Cyril PICARD-LEVRARD [cyril.picard-levrard@editionsatelier.com] ;
contact presse : Carole Lozano / Ed. de l’Atelier [carole.lozano@editionsatelier.com] ;
contact avec l’équipe éditoriale : fusilles@editionsatelier.com ou info@maitron.org

On n’oubliera pas, à ce sujet, le livre de Nicolas Offenstadt, Les fusillés de la Grande guerre et la mémoire collective, 1914-2009, paru chez Odile Jacob en 2009.

Programme pour le mois de mai :

1er mai : ARRAS, dans le cadre du salon du livre : présence de Cyril Picard-Levrard des éditions de l’Atelier et table ronde à 16h00 animée par Daniel Hémery. avec Christian Lescureux, Annie Pennetier, Claude Pennetier (auteurs).

5 mai : THOUARS, 18h30 (...)

par ps
Rubrique : Pacifisme en action

Il s’agit en priorité des résistances à la guerre en région lyonnaise. Mais pas que ! Un certain Louis Lecoin est en bonne place dans ce livret, qui reprend les panneaux de notre exposition du mois de novembre dernier à Lyon. Il côtoie un autre militant lyonnais, Jean-Pierre Lanvin. Ce militant, un des fondateurs du Garm (Groupe d’action et de résistance à la militarisation) a été de toutes les luttes pacifistes et non-violentes sur Lyon et la région dans les années 50 à 70. Dans les années 80 / 90, la solidarité internationale non-violente s’imposera à lui comme une évidence.

N’hésitez pas à parcourir ces pages qui montrent la permanence des résistances à la guerre entre 1914 et 2014. Pour celles et ceux qui sont très pressés, les deux premières pages résument les panneaux de l’exposition.

Si cela vous inspire, cette exposition a vocation à circuler. Une sélection de panneaux peut être faite en fonction de vos souhaits (mail : expo2014@obsarm.org). Et de toute façon, bonne lecture.

Le lien pour profiter du livret dans sa totalité : (...)

par GY
Rubrique : Agenda

Vendredi 12 juin à 19h30

Librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e

Entrée libre

LECTURE PERFORMANTE d’auteurs anarchistes antimilitaristes, (1870 – 1944)

lus par : Roland Dupouy, Martine Lamy, Vladia Nuyttens, N-N Rimlinger, Michel Robert, Esther Tarente.

Mise en lecture et en musique : Philippe Aglaé,

Soliste : Esther Tarente

Conception : N-N Rimlinger (...)

par GY
Rubrique : Agenda
René Dumont

Mercredi 10 juin, à 19 h

René Dumont

par GY
Rubrique : Agenda
Nathalie Solence

Samedi 6 juin

Nathalie Solence
















Actus

Quelques photos
au hasard

Statistiques du site

  • Nombre total de visites :
    36366 visiteurs
  • Nombre de pages visitées :
    31984 pages
  • Moyenne depuis 365 jours :
    74 visites par jour
  • Plus grosse journée
    le 27-05-2014
    avec 611 visiteurs
  • Aujourd'hui :
    33 visiteurs
  • Actuellement en ligne :
    3 visiteurs
  • Ce site compte : 8 Auteurs 31 rubriques 221 articles 1 commentaires 36 mots-clés 4 sites référencés
  • Dernier article paru :
    "Nathalie Solence"
    le 28 mai 2015


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.78.43