50 jeunes Israéliens envoient une lettre à Netanyahou :
« Nous refusons de servir dans l’armée d’occupation »
Article mis en ligne le 16 mars 2014

par la rédaction
Imprimer logo imprimer

Le 9 mars dernier, des dizaines de jeunes Israéliens ont envoyé au Premier ministre Binyamin Netanyahou, une lettre dans laquelle ils déclarent leur refus de servir dans l’armée israélienne (Voir ci-dessous).

C’est le plus grand groupe de refus de mobilisation dans l’histoire d’Israël ; c’est le premier acte du genre en cinq ans, mais il suit une longue tradition d’objection de conscience commune. Le gouvernement israélien actuel essaie d’élargir la mobilisation dans l’armée à tous les groupes ethniques en Israël contre leur volonté et des jeunes gens de tout le pays réagissent en refusant de servir dans l’armée israélienne.

Le but de cette déclaration est de protester contre l’occupation sans fin de territoires palestiniens où, d’après les signataires, « les droits humains sont violés et où des actes définis par le droit international comme des crimes de guerre se déroulent sur une base quotidienne. » Ils protestent aussi contre la manière dont l’armée influence la vie civile, intensifiant le sexisme, le militarisme, la vilence, l’inégalité et le racisme présents dans la société israélienne.

Mandy Cartner, une signataire de 16 ans de Tel Aviv a dit : « Les actions de l’armée nous éloignent de trouver une solution et de créer la paix, la justice et la sécurité. Mon refus est un moyen d’exprimer mon opposition aux mauvaises actions accomplies quotidiennement en notre nom et grâce à nous. »

Shaked Harari, une (ou un) signataire de 17 ans de Bat Yam a dit : « L’armée sert les gens au pouvoir et pas les civils, qui ne sont qu’un outil. Mes amis et moi refusons d’être de la chair à canon. »

Roni Lax, une (ou un) signataire de 20 ans de Bnei Brak : « Nous sommes solidaires avec les jeunes ultra-orthodoxes et les jeunes Arabes – chrétiens et druzes, dont certains sont actuellement dans une prison militaire. »

Voici leur déclaration :

« Nous, citoyens de l’état d’Israël, sommes désignés pour le service militaire.

Nous invitons les lecteurs de cette lettre à oublier ce qui a toujours été considéré comme évident et à reconsidérer les implications du service militaire.

Nous, les signataires, avons l’intention de refuser de servir l’armée et la principale raison de ce refus est notre opposition à l’occupation militaire des territoires palestiniens. Les Palestiniens dans les territoires occupés vivent sous la loi israélienne alors qu’ils ne l’ont pas choisi, et n’ont pas de recours légal pour influencer ce régime ou ses processus de prise de décision. Ce n’est ni égalitaire ni juste. Dans ces territoires, les droits humains sont violés et des actes définis par le droit international comme des crimes de guerre se déroulent sur une base quotidienne. Ils comprennent des assassinats (meurtres extra-judiciaires), la construction de colonies dans un territoire occupé, des détentions administratives, la torture, des punitions collectives et l’attribution inégale de ressources comme l’électricité et l’eau. Toute forme de service militaire renforce ce statut quo, et c’est pourquoi, en conformité avec notre conscience, nous ne pouvons pas faire partie d’un système qui perpétue les actes mentionnés ci-dessus.

Le problème avec l’armée ne commence ni ne se termine avec les torts infligés à la société palestinienne. Elle infiltre la vie quotidienne dans la société israélienne aussi : elle détermine le système d’éducation, nos opportunités d’emplois, tout en encourageant le racisme, la violence et la discrimination ethnique, nationale et basée sur le genre.

Nous refusons d’aider le système militaire à promouvoir et à perpétuer une domination masculine. A notre avis, l’armée encourage un idéal masculin violent et militariste où « ce qui est possible, est juste » ( ??? ’might is right’). Cet idéal est préjudiciable pour tous, spécialement pour ceux qui ne s’y adaptent pas. De plus, nous nous opposons aux structures de pouvoir oppressives, discriminatoires et lourdement genrées à l’intérieur de l’armée elle-même.

Nous refusons de renoncer à nos principes comme condition pour être acceptée par notre société. Nous avons réfléchi profondément à notre refus et nous maintenons nos décisions.

Nous faisons appel à nos pairs, à ceux qui servent actuellement dans l’armée et/ou un devoir de réserviste, et au public israélien en général pour qu’ils reconsidèrent leur position sur l’occupation, l’armée, et le rôle militaire dans la société civile. Nous croyons dans le pouvoir et la capacité de civils de changer la réalité pour un mieux en créant une société plus honnête et plus juste. Notre refus exprime cette croyance.

En savoir plus :

Dafna Rothstein Landman – 0522470123 – dafna.e.r.l@gmail.com

Itamar Bellaiche - 0547484248 - itabellaiche@gmail.com

Actus



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33