Pierre-Valentin Berthier : un passage pour le pacifisme
Article mis en ligne le 27 mai 2014
dernière modification le 27 octobre 2014

par la rédaction
Imprimer logo imprimer

Pierre-Valentin Berthier : un passage pour le pacifisme

La Nouvelle République publie un article sur Pierre-Valentin Berthier et annonce une exposition (visible jusqu’au 28 juin), qui lui est consacrée au Centre de la mémoire d’Issoudun [1].

Un extrait de l’article :

UP 03 2014 {PDF}

« Un square à son nom lui va bien, tout compte fait. A deux pas de la médiathèque d’Issoudun, le square Pierre-Valentin-Berthier est désormais une respiration pour la ville. Une respiration littéraire qui se veut aussi libertaire et pacifiste.
Quoi de mieux qu’un banc pour s’installer sous les frondaisons et lire la prose, les poèmes, les articles… que Feu Pierre-Valentin Berthier, décédé il y a tout juste deux ans, a écrit une vie durant.
Dire qui, de l’écriture ou de l’engagement philosophique et politique contre les guerres, est premier chez lui est finalement difficile à savoir. Disons que l’un a servi l’autre. Les autres. Car les causes étaient chez lui, nombreuses et diverses. Insoumis, arrêté en 1932 puis relâché peu après, il participe à une multitude de feuilles pacifistes et libertaires. Puis, il devient correspondant local du Journal de l’Indre, qui deviendra Le Département sous l’Occupation, et, enfin, La Marseillaise du Berry à la Libération. Quinze ans de journalisme qui le mènent à une autre cause qui lui tenait à cœur, à savoir la défense de la langue française. Outre ses talents de correcteur exercés dans des maisons d’édition avant d’intégrer le journal Le Monde, il coécrira une dizaine d’ouvrages avec Jean-Pierre Colignon, également correcteur au journal d’Hubert Beuve-Méry. »

La suite est à lire sur http://www.lanouvellerepublique.fr/....

Notes :

[1Avenue de Bel-Air
36100 ISSOUDUN, Tél : 02 54 21 61 43

Actus



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33