Les lettres de Louise et d’Armand
Un site à découvrir, animé par l’équipe du Courant Alternatif de Belin-Béliet (Landes)
Article mis en ligne le 27 janvier 2015

par la webmestre
Imprimer logo imprimer

En 1915, et les années qui ont suivi, on a beaucoup souhaité la fin de la guerre et même la victoire, pour les plus optimistes. Les combattants rescapés de la première guerre mondiale ne pouvaient sans doute pas imaginer que cent ans plus tard, en 2015, plusieurs dizaines de conflits ensanglanteraient encore la planète.

Nous souhaitons donc pour 2015 la ruine des marchands de canons par la suppression totale des industries de guerre, artisanales ou nucléaires, la transformation des casernes en logements sociaux, la mise au RSA des personnels, la transformation des camps militaires en villages alternatifs, le désarmement du porte-avions Charles de Gaulle et sa transformation en colonie de vacances… en période de vœux, on peut imaginer l’impossible, on peut rêver une fois par an, non ?
Et si vous avez d’autres idées, merci de nous en faire part !

Souhaitons aussi que les écrits de 1915 auront le pouvoir de nous faire réfléchir sur notre vie de 2015 !

Ah bon ? Vous n’êtes pas encore au courant ?

Depuis le début d’août 2014, l’équipe de Courant Alternatif, une association culturelle et citoyenne, dans les Landes, animée par de joyeux militants antimilitaristes, publie, chaque semaine sur Internet, les lettres d’Armand et Louise, deux conjoints séparés par cette guerre fraîche et joyeuse, mais aussi celles de René, le beau-frère, et autres parents ou amis.

Le site est très bien fait. Des liens renvoient le lecteur à la carte des événements, au Petit Journal, aux actualités de l’époque, réécrites aujourd’hui par un blogueur du Monde, ainsi qu’à des documents permettant de comprendre les aléas de la vie militaire, au front, à l’arrière, les difficultés dans les campagnes où ne restent que les femmes et les vieillards pour effectuer les travaux.

Tout ceci à partir de la découverte impromptue d’un véritable « trésor de guerre » , les correspondances de deux époux, donc dans les deux sens, depuis le début jusqu’à la fin de la Grande Guerre. Ce va et vient épistolaire a été conservé parce que l’un des deux écrivait au verso des lettres de l’autre. Ceci est très rare, et a bien failli disparaître à tout jamais.

Les commentaires de nos amis sont non pas partisans, mais on va dire orientés.
Orientés dans le sens que nous suivons, nous pacifistes intégraux, ça tombe bien.
Leurs vœux qui commencent cette page en sont l’expression.

N’ayez crainte, ne vous lamentez pas parce que vous avez loupé le début. Il est toujours possible de tout lire. On peut bien sûr, contacter les responsables qui sont très réactifs.

Enfin une initiative intelligente et « en dehors » des sentiers battus, en cette période anniversaire !

Armand et Louise ne sont pas pacifistes, mais…
Ce sont avant tout des paysans soucieux de se retrouver au plus tôt, pour reprendre leur travail commun d’exploitation de la ferme, et d’éducation des enfants.
Ils sont très représentatifs du monde rural de l’époque, et leur patriotisme du début va certainement en prendre un coup.

La mise en page semble professionnelle, tant elle est soignée. La navigation est facile, et tous les retours en arrière sont permis.
Nous en avons donc pour quatre ans, avec une livraison chaque semaine. Il va sans dire que le nombre de lecteurs croît régulièrement.

Les habitants de Belin-Béliet ne font pas que ça pour rappeler la Grande Boucherie. Ils organisent des conférences et des expositions. La première a donné au Général Bach, spécialiste incontesté des mutineries et des fusillés, l’occasion de venir présenter les fruits de ses recherches.
Une autre a permis à Robert Dangas de venir évoquer la chanson pendant la guerre.
On peut penser que d’autres animations sont en projet.

Anecdote : un de nos amis qui avait écrit, au sujet d’une expo en préparation : « attention à ne pas abuser des douilles, casques et fusils, ça risquerait de faire très vite vide-grenier » a été sommé par les représentants du Souvenir Français, de présenter des excuses. Il ne l’a pas fait et nous l’en félicitons

Pour votre premier contact, il suffit de demander à votre moteur de recherches : « courant alternatif. Belin-Béliet » [1] Vous pourrez aussi accéder aux nouvelles de l’association et de ses autres activités. (animations, décroissance par exemple)

J.-F. Amary.

Notes :

Actus



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33