Inspection citoyenne dans les Landes, les 22, 23 et 24 septembre
Article mis en ligne le 5 septembre 2006
dernière modification le 9 mars 2007
Imprimer logo imprimer

Depuis la fin de la « guerre froide », les risques d’utilisation des armes nucléaires semblaient s’être éloignés.

Il n’en est rien !

Une nouvelle course à l’armement atomique a commencé.

Dans le silence et l’illégalité, la France fabrique, sous l’égide d’EADS, un supermissile, le M51, qui sera équipé de mini-têtes nucléaires d’attaque : après les États-Unis et le Royaume-Uni, elle rompt avec la traditionnelle doctrine de la dissuasion pour adopter :

LA GUERRE PRÉVENTIVE À L’ARME NUCLÉAIRE.

CETTE ARME offensive, estimée au bas mot à 15 mil-liards d’euros, est testée au centre d’essais des Landes, près de Biscarosse, à 70 km de Bordeaux. Avec une portée de 10 000 km et une précision jamais égalée, ce missile menacera la planète entière de ses minitêtes nucléaires d’attaque : en faisant un peu moins de morts que la bombe de Hiroshima, il rendra plus acceptables, aux yeux des opinions publiques, les futures frappes nucléaires « préventives »... Quel cynisme !

Il s’agit d’une violation du traité de non-prolifération, signé par la France, lui commandant de désarmer. Elle avait commencé à le faire, comme les autres puissances nucléaires, entre 1980 et 1995 : la moitié des armes nucléaires mondiales fut éliminée. Elle a cependant continué d’alimenter la prolifération nucléaire en vendant ses technologies « civiles » au plus offrant, et décide aujourd’hui de réhabiliter l’arme nucléaire en faisant de celle-ci une arme d’attaque. Ce mépris du droit ne peut qu’encourager les pays menacés par ces minibombes à se doter à leur tour de l’arme nucléaire.

Une importante coalition d’associations (Attac, le Réseau Sortir du nucléaire, le Mouvement de la paix, Greenpeace, les Faucheurs volontaires, l’Union pacifiste de France...) mettent en place les bases d’une opposition véritable aux futurs conflits du lobby militaro-industriel :

- une « inspection citoyenne » du centre d’essais des Landes, près de Bordeaux. Comme le feraient des inspecteurs de l’ONU chargés de vérifier le respect du traité de non-prolifération et afin d’obtenir l’arrêt des essais du M51 qui s’y dérouleront à l’automne ;

- des forums et trois concerts (à prix libre !), chaque soir, avec Johnny Clegg, les Motivés, la Ruda Salska, les Ogres de Barback, Marcel et son Orchestre, 113, La Phaze, Riké (Sinsemilia), Enhancer, High Tone, Tagada Jones, Désert Rebel et la participation exceptionnelle d’un groupe mythique bien connu des militants.

Pas de sortie du nucléaire civil sans abolition de l’arme nucléaire. Les programmes civils ont souvent servi à alimenter des programmes nucléaires militaires auxquels ils fournissaient et fournissent encore la matière première, les personnels et les technologies ainsi qu’une habile couverture.

C’est à nous de faire en sorte que les Landes soient le Cherbourg du nucléaire militaire et que les deux questions se trouvent reliées dans l’opinion publique et le débat présidentiel. Il va de soi que, pour l’UPF, le désarmement nucléaire n’est qu’une étape du désarmement unilatéral.

Pascal Dereudre

Actus



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33