Paris
L’ORCHESTRE en SURSIS
Article mis en ligne le 18 octobre 2017
dernière modification le 11 novembre 2017

par GY
Imprimer logo imprimer

Spectacle de Pierrette DUPOYET (sur le thème de la déportation)

Au camp d’Auschwitz, il y avait un orchestre de femmes dirigé par Alma Rosé (qui n’était autre que la nièce de Gustav Mahler). Les SS, entre deux séances d’exécution, prenaient plaisir à écouter la 5° Symphonie de Beethoven ou la Rêverie de Schuman. Que de courage il aura fallu aux femmes de l’orchestre pour ne pas sombrer dans la démence alors qu’elles accompagnaient en musique leurs sœurs d’infortune qui, tels des fantômes, partaient travailler, la peur au ventre. La faim, la maladie, l’épuisement et le désespoir devant l’inhumanité de la situation étaient, quelques minutes par jour, oubliés grâce à la musique…(oubliés ?), non, bien sûr que non, jamais l’oubli n’a été et ne sera de mise !
Comment des femmes sachant jouer d’un instrument auraient-elles pu renoncer à faire partie de cet orchestre où l’on avait droit à un morceau de pain supplémentaire et à des chaussures ?... Pour le reste, le sort était le même, pour toutes : le spectre quotidien de la mort avec cette question, toujours sans réponse… POURQUOI ?

Merci à tous ceux qui, après avoir réchappé de l’enfer, sentent aujourd’hui le besoin impérieux de raconter …Parlez ! Parlez ! Racontez !
Nous sommes là pour vous entendre.
Que notre écoute silencieuse de vos douleurs (trop longtemps tues) soit notre première preuve d’amour. Les autres viendront ensuite quand, à notre tour, nous tenterons de transmettre…

Le Théâtre a aussi ce devoir : laisser une trace

http://www.pierrette-dupoyet.com/

P.S. :

Ce spectacle a reçu le soutien de
La Ligue des droits de l’Homme et de la LICRA

- 
Librement adapté de " Sursis pour l’orchestre " (Edit. stock) de Fania Fénelon
(rescapée de l’orchestre des déportées à Auschwitz)
et nourri de témoignages de nombreux autres déportés.

Actus



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33