Non au missile M 51 !
Article mis en ligne le 26 octobre 2006
Imprimer logo imprimer

L’UNION PACIFISTE, section française de l’Internationale des résistants à la guerre (IRG), réunie en Congrès à Paris les 30 septembre et 1er octobre 2006, se réjouit du succès du rassemblement des 22, 23 et 24 septembre, à Biscarosse (Landes), pour la suppression du nouveau missile nucléaire M-51 et l’arrêt total des programmes de réarmement français. Il est heureux et encourageant d’avoir vu la grande majorité du mouvement pacifiste français dépasser ses divergences et s’unir contre la folie meurtrière des armées, des dirigeants politiques, et des scientifiques coupables. L’UPF réaffirme cependant que le désarmement nucléaire ne peut être qu’une étape dans le nécessaire désarmement total. Aucune arme n’est acceptable, et rien ne peut justifier ni sa conception, ni sa fabrication, et donc encore moins son emploi, par quelque force que ce soit, militaire, policière ou révolutionnaire. Pendant ces trois jours, des milliers de participants, venus de la France entière et de toute l’Europe, ont montré qu’ils ne voulaient plus d’un avenir à l’ombre des bombes et des soldats. L’UPF s’inquiète et alarme que la majeure partie de la presse nationale et celle de l’édition appartient aux marchands d’armes Dassault et Lagardère. Ceci explique sûrement pourquoi il n’a pas été fait mention des 39 militants belges, anglais, allemands, suédois et français, qui ont réussi à pénétrer dans l’enceinte du Centre d’essai des Landes et de la Méditerranée (CELM), à la barbe de l’armada de CRS, de gendarmes, de militaires et gardes mobiles, appuyés par des hélicoptères. Cela nous rassure, citoyens inspecteurs, sur la prétendue inviolabilité du site, qui avait été pourtant affirmée par les autorités régionales. Que serait-il advenu de notre sécurité, si ces actions n’avaient pas été menées par des non-violents mais par des terroristes ? La volonté du sous-préfet et du colonel de la gendarmerie de nier l’action de ces « inspecteurs » dont certains se sont promenés tranquillement pendant près de 4 heures avant d’être interpellés, devant même parfois se rendre d’eux-mêmes aux forces de l’ordre, prouve amplement que nous avons gêné le mythique secret défense.

L’UPF continue sa lutte, commencée en 1961, en faveur du désarmement unilatéral de la France, en réaffirmant son soutien aux actions à venir pour l’arrêt du missile M-51. « La guerre est un crime contre l’humanité. Pour cette raison, nous sommes résolus à n’aider à aucune espèce de guerre et à lutter pour l’abolition de toutes ses causes. » - Engagement signé par chaque membre de l’Internationale des résistants à la guerre.

Union pacifiste de France, BP 196, 75624 Paris cedex 13, Tél : 01 45 86 08 75, www.unionpacifiste.org

www.nonaumissileM51.org

Actus

Dans la même rubrique

MOTION PROCHE-ORIENT
le 12 octobre 2006
MOTION AFRIQUE
le 12 octobre 2006
MOTION OBJECTION
le 12 octobre 2006
MOTION CONGRÈS 2006
le 12 octobre 2006


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33