Faslane 365
Article mis en ligne le 9 mars 2007
dernière modification le 27 juin 2013
Imprimer logo imprimer

UNE FOIS n’est pas coutume, l’UPF appelle tous les lecteurs et lectrices du journal à participer aux actions qui sont et seront annoncées dans ses colonnes concernant le nucléaire.

La plus proche est celle de la campagne nationale pour des alternatives au nucléaire avec les manifestations organisées le 17 mars à Rennes, Lille, Strasbourg, Lyon et Toulouse par le collectif « Stop EPR ». L’encart de cette initiative se trouvait dans l’UP du mois de février et des départs groupés sont organisés (informations : www.stop-epr.org ou tél. : 02 23 46 10 13).

La plus éloignée géographiquement, mais qui approche à grands pas, est celle de « Faslane 365 ». Des activistes non violents made in France se préparent à partir en Écosse. Épaulés par des Britanniques de Cornouailles et du Devon, ils tenteront de bloquer l’accès à la base de Faslane (à l’ouest de Glasgow) les 26 et 27 mars.

Remember

Un débat politique fait rage en Grande-Bretagne au sujet de la décision du gouvernement de remplacer son ancien système

Trident de dissuasion nucléaire. Le futur système se composerait de quatre sous-marins équipés de missiles nucléaires étatsuniens Trident II D5 portant 200 têtes nucléaires (chaque tête équivalant à huit fois la bombe d’Hiroshima).

D’après des sondages, 59 % de la population y seraient défavorables.

« La décision de ne pas remplacer le Trident serait une étape vers un monde débarrassé des armes nucléaires : un monde plus sûr pour nous et pour tous les peuples. Ainsi les Britanniques seraient en règle avec le droit international et le traité de non-prolifération », déclare Kate Hudson, présidente de la Campagne pour le désarmement nucléaire (CDN).

Similitude avec la France

La campagne « Faslane 365 » cherche à bloquer la base des sous-marins Trident et à en perturber le fonctionnement pendant toute une année. Elle a débuté le dimanche 1er octobre 2006 avec un groupe de femmes de Greenham Common et du camp d’Aldermaston, rejointes par les Women in Black. Son objectif est de mettre fin au déploiement de ces sous-marins porteurs d’ogives nucléaires (en France SNLE « sous-marin nucléaire lanceur d’engins » avec missiles M 51), d’obtenir du gouvernement britannique un agenda pour le démantèlement des armes nucléaires et un engagement à ne pas en développer de nouvelles. Depuis des groupes se succèdent pour tenir ce formidable pari.

C’est pourquoi les « mangeurs de grenouilles » participeront à ce blocus (26 et

27 mars) en faisant la « tortue » (une des méthodes de blocage). Plus sérieusement, il faut prévoir d’être disponible du 24 au 29 mars (temps de préparation, les deux jours de blocage et deux jours de plus en cas d’arrestations).

Si vous souhaitez vous joindre à cette action, contacter par Internet :

www.faslane365.org/fr/france

ou l’UPF en laissant vos coordonnées sur le répondeur : 01 45 86 08 75.

Mais participer, ça peut être aussi en parler autour de vous, aider aux frais de cette campagne (envoyer un chèque à l’UPF en précisant pour Faslane). Pour le moment, une personne du groupe parisien s’y rendra. Aura-t-elle le plaisir de converser avec d’autres membres de l’UPF ?

Exemple d’un blocage réussi

Le 11 décembre 2006 a vu simultanément le port d’attache des sous-marins à Faslane et l’usine d’armement nucléaire à Aldermaston être l’objet de blocages de leurs entrées par l’action non violente de militants.

Ce blocage fut un des plus réussis depuis le lancement de cette campagne avec une entrée bloquée pendant plus de deux heures.

Sylvie

9 mars 2007


Sources :

Planète Paix no 518

www.faslane365.org

Actus



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33