FRANCE CULTURE
La Grande guerre, cent ans après

Semaine spéciale sur France Culture Du 05 au 11 novembre 2018, La fabrique de l’histoire.
Jeudi 8 novembre 9h05 - 10h : Gérard Leretour (1909 - 1990 ), le héros qui ne voulait pas devenir soldat Un documentaire d’Olivier Chaumelle réalisé par Thomas Dutter.
Avec Serge Utgé-Royo, chanteur et poète, Daniel Pinos, insoumis, Édouard Sill, historien ; Bernard Baissat, cinéaste, pacifiste, René Burget, pacifiste

Gérard Leretour est né en 1909 dans un milieu ouvrier, près de Rouen. Il s’installe à Suresnes près de Paris à l’âge de 18 ans. En 1929, il reçoit sa convocation au service militaire, qui lui enjoint de se rendre au 12ème régiment d’artillerie d’Haguenau. Au lieu de ça, il renvoie le document à André Maginot, Ministre de la guerre, et reste chez lui. Les gendarmes finissent par l’y cueillir, et le conduisent à Haguenau. Gérard Leretour entame une première grève de la faim, et s’évade de l’hôpital militaire de Strasbourg. Il s’exile en Belgique, où il fait connaissance avec les milieux anarchistes et pacifistes. Il prend fait et cause pour l’insoumis anversois Simoens, qui fait la grève de la faim, et qui finira par avoir gain de cause. Début 1933, Leretour, qui tient à mener son combat jusqu’au bout, se livre à Suresnes aux gendarmes qui étaient venus le chercher trois ans plus tôt. Il a pris soin de s’assurer le concours de la presse de gauche, et celui d’un avocat très doué, Gaston Chazette. Après une terrible grève de la faim de 16 jours, l’armée le libère, préfigurant la reconnaissance de l’objection de conscience. Leretour continue à militer activement pour la cause de l’objection de conscience. Il publie fin 1933 le haletant et beau récit de son combat contre l’État-major, sous le titre Soldat ? Jamais ! à compte d’auteur, aucun éditeur honnête ne voulant de ce texte résolument subversif, qui a été réédité cette année aux éditions Solanhets. En 1939, il quitte la France pour le Chili, pour des raisons obscures, et ne donnera que peu de nouvelles à la vieille Europe. C’est le vieux militant pacifiste Louis Lecoin qui obtiendra, à 75 ans, et toujours par le moyen de la grève de la faim, l’adoption d’un statut pour les objecteurs de conscience. En 1963, c’est-à-dire 30 ans après les aventures de Gérard Leretour.

Bernard Baissat