SI ! C’est un homme !

Primo : les vies. La vie. La vie est sa­crée. Le vivant. Tout être vivant. Cette vé­rité devrait être une évidence, une lapalissade ; mais il faut croire que la palissade est épaisse, haute, infranchis­sable. Si les murs ont des oreilles trop souvent, les oreilles, parfois, trop parfois, ont des murs, des armures et n’en­tendent pas toujours les chants hu­mains, les chants de l’évidence, que dansent les vies denses, les chants et danses de la vie. La vie n’est-elle donc pas sacrée pour tout le monde ? LE VIVANT ? Tout être vivant ! Il y a quelque chose (quelqu’un ?) au-des­sus de la vie : Dieu, Machin, La Patrie, Le Parti, La Finance… Si, c’est vrai, au nom du fric, on est prêt à tout. Au nom du drapeau parfois. Encore aujourd’hui, oui. Au siècle de l’intelligence artificielle qui ne déve­loppe pas l’intelligence naturelle. L’indigence de l’intellect. Le fric do­mine le monde : même infranchissa­ble, la palissade ne nous empêche pas d’enfoncer les portes ouvertes, de fré­quenter les lieux communs.
Où veux-je en venir ? Simplement à ceci : qu’est-ce qu’un homme ? L’indi­vidu homme, mâle ou femelle, avec son cœur qui bat, son corps qui vit et vibre, sa tête qui pense et penche ; sa panse qui tète, étanche ; étrange tronche qui son­ge et tranche, nourri de toutes ses contingences, ses contraintes, ses astreintes, ses astringences, ses empreintes, ses éprein­tes, ses emprunts, ses embruns, ses em­brouilles, ses trouilles, ses rouilles, ses roua­ges, ses adages, ses idéaux, ses idées bas­ses, ses craintes, ses terreurs, ses horreurs, ses erreurs, ses leurres, ses condi­tion­ne­ments, ses héritages, ses sources, ses bour­­ses, ses intérêts…
Deuzio : Les hommes. L’homme et la femme. Peut-on le nommer au singulier ? L’Homme ? Quel homme ? Quel est-il ? Y a-t-il une hiérarchie ? Laquelle ? Y a-­­t-il une définition qui puisse les englober tous ? (« Tous n’avez qu’un seul droit, c’est de vous aimer tous. ») Tu parles, Victor. Tu rêves. Et l’on rêve avec toi, et l’on n’a pas fini de rêver, et l’on est des milliers, des millions à rêver. Alors quoi ? Trop simple.
Un homme est-il le même au milieu des hommes ? Que devient l’individu lors­qu’il est pluralisé, lorsqu’il est en grou­pe, en ligue, en procession ? En route, en clique, en profession, en shoot, en trique, en possession, en foot, en flic, en soumission…
Difficile de définir l’Homme. Les Hom­mes. Face à la définition, et à défaut de finition, s’avance souvent le défi-mission : Si t’es un homme ! Montre-toi, si t’es un homme, sors dehors, si t’es un homme, bats-toi, si t’es un homme. Si t’en as. En avoir ou pas. En nageoire ou pas. Tu seras un homme, mon fils, quand t’auras fait ton service, refrain quelque peu oublié, que l’on pensait entré en désuétude et qui revient au calot, d’entrée dans les études. Condition sine qua non. Être un homme, c’est ça : savoir se battre ! Mon­trer sa virilité ! Servir ! Obéir !
Est-ce un homme celui qui, par obéissance, à quelque ordre que ce soit et sans état d’âme, peut tuer l’être humain, individu ou groupe, ennemi désigné, ou cible au hasard, en aveugle ?
Si ! C’est un homme ! Indéniable­ment. De la même espèce que nous, de la même espèce que celui qui, n’obéissant à rien sinon à sa conscience, décide de ne pas tuer, de ne pas attenter à la vie humaine. À la vie animale. À la vie végétale. Bref, ce sont les mêmes. En ap­pa­rence. En dedans, c’est différent, en de­dans seulement. L’ordure qui assassine, au nom d’un prétendu idéal, d’un grou­pe dit étranger, d’une autre langue, d’une autre religion, d’une autre ethnie, n’est pas un homme ? Si, c’est un homme aussi. La crapule qui, pour remplir les caisses de l’État, fomente une tuerie dans un pays lointain, fait livrer sa camelote létale et légale, n’est-il pas un homme ? Si ! C’est un homme !
Et celui qui, laissant périr en mer des milliers d’enfants, se réjouit de gagner des millions sur le dernier Rafale, sur les pro­chaines rafales ?
Si ! C’est un homme !
Y aurait-il des sous-hommes, sinon ?
Ô Mémoire collective.
Soyons plutôt surhommes. Surhom­mons-nous, surpassons-nous. Surpassons, dépas­sons nos mauvais instincts, nos haines, nos chaînes malsaines, obscènes.
Soyons humains tout simplement.
MAIS !
Tertio : le Pouvoir. Quel qu’il soit.
Et le Pouvoir. Avec un grand pet. Ou un simple petit p, le petit p de parcelle. Une parcelle de pouvoir fait de l’homme un autre homme. S’approprier le pouvoir de la rue, par exemple, peut suffire à se sentir fort, suffisamment pour hurler sa hai­ne, sa haine du juif, pourquoi pas, l’autre, l’indésirable, le lyncher si possible, non en tant qu’ennemi de classe qu’adversaire d’idée, qu’opposant politique, ce qui ne mériterait qu’un échange verbal, un échange humain, avec les armes de l’humain, les mots, pas une invective, un échange, mais pour cela il faut les mots. T’as pas les mots, tu prends ce que tu as, ce qui tua : le flingue ou l’insulte. Tu te crois un homme ainsi ? Oui, malgré tout, tu es un homme. « Et tu n’es pas un, hélas, tu n’es pas cinq, tu es des millions. » Ton attitude, ton comportement du mo­ment ne sont pas humains, mais tu es un homme. Tout comme est un homme le dictateur du pays que tu crois dénoncer dans cet individu que tu as injurié. Une ordure sans doute, mais un homme. Et si je suis dans la rue, moi aussi, dans ce même groupe d’hommes et de femmes, dénonçant les mêmes injustices, réclamant les mêmes droits, exerçant le même pouvoir de la rue, de la masse, qu’est-ce que je ressens ? Dois-je applaudir ? Hurler avec cet homme qui est un loup pour l’homme ? Un loup-garou ? Reprendre en chœur, comme un seul homme, ces cris de haine ?
Non, sûrement pas. Mais je ne quitte pas la rue, salie par l’individu. Je ne quitte pas le train en marche. Je manifeste ma désapprobation. Je fais en sorte de crier plus fort mes appels à l’amour, à la fraternité, à l’humanité. Frères Humains, j’entends les mots d’Albert Cohen, que tu devrais lire, toi, l’invectiveur en gilet jaune : « Oui ça souffre, les sales juifs, tout com­me des créatures humaines. Antisémites, âmes tendres, je cherche l’amour du prochain, dites, sauriez-vous où est l’amour du prochain ? »

Yves Le Car provisoire


Dans la même rubrique

0 | 15

Si j’aurais snu, j’aurais pas v’nu
le 26 août 2019
par GY
Encore heureux qu’on va vers l’été
le 8 août 2019
par GY
La corrida
le 28 février 2019
par GY
Rond point les rangs !!!
le 28 janvier 2019
par GY
Le temps des lilas
le 28 janvier 2019
par GY
La paix
le 27 octobre 2018
par GY
Automnales
le 20 octobre 2018
par GY
Gare au gorille
le 31 août 2018
par GY
Aquariussons-nous
le 17 juillet 2018
par GY
L’appel du désuet jouet
le 7 juin 2018
par GY
En mai fais sauter tes plaies
le 8 mai 2018
par GY
Févrions
le 12 mars 2018
par GY
De fil en aiguille
le 12 mars 2018
Décembre et Meuse
le 20 janvier 2018
par GY
Donald au pays du matin calme
le 1er novembre 2017
par GY